Je suis centrafricain, la haine est mon principal ennemi

Les derniers événements qui ont commencé début décembre en Centrafrique avec des attaques perpétrées aussi bien par les éléments de la Seleka que par les éléments de la milice anti-balaka ont mis de l’huile sur le feu. A l’origine, l’attaque contre les positions de la Seleka principalement à Bangui puis dans les provinces a fait exploser une situation déjà très volatile. Mais quelle est la cause réelle de l’explosion de la situation qui était pour autant jugée stable?

Malgré l’intervention des forces africaines de la Misca (Mission internationale de soutien à la Centrafrique) et de la force française Sangaris, le pays est loin de trouver la quiétude qui était la sienne. Mais si les exactions de la Seleka ont été en grande partie les causes immédiates de cette confrontation à connotation religieuse, la haine n’est-elle pas une cause lointaine de ce conflit dont la fin n’est pas pour bientôt? Les faits sont là. Ils parlent d’eux-mêmes : des véhicules brûlés, des habitations pillées, des lieux de cultes (églises et mosquées) dépouillés et mis à sac, … et de la chair humaine mangée par un être humain, jamais je ne pouvais imaginer qu’on en arrive à une telle situation.

The following two tabs change content below.
eyesango
Citoyen du monde. Originaire de la Centrafrique, travaillant à Douala, diplômé en informatique activiste des Droits humains, leader d'opinion, voyager et échanger est ma passion...

Une réflexion au sujet de « Je suis centrafricain, la haine est mon principal ennemi »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.