Centrafrique : pourquoi la recrudescence de la violence dans la ville de Bangui

Une semaine marquée par la violence, c’est ce que les habitants de Bangui viennent de vivre et retiennent de la semaine du 11 au 18. Principalement dans la capitale centrafricaine, ces violences qui sont encore présentes dans les provinces ont montré combien la situation sécuritaire s’est considérablement détériorée dans ce pays passé sous le commandement de la Seleka depuis le 24 mars 2013. Autant de raisons peuvent expliquer ce regain de violence et l’instauration d’un climat de terreur dans la capitale centrafricaine, Bangui. Assassinat d’un ancien élément de la Force Centrafricaine(FACA) à Miskine, Braquage d’une moto vers le quartier Sara, enlèvement d’un jeune au quartier Fatima, exécution sommaire d’un magistrat et son garde-de corps, les centrafricains sont obligés de se promener chaque jour que Dieu fait, avec leur certificat de décès au coup. Mais tiendront-ils encore pour combien de temps ?

-Le désarmement de septembre, une parodie  

Les débuts de désarmement ont commencé avec les Forces de la Fomac après l’accrochage entre la population du quartier de Gobongo et les éléments la Seleka suite à l’assassinat d’un jeune dudit quartier faisant plusieurs victimes fin juillet 2013. Après la triste opération de désarmement dont s’est greffée une musclée opération de  pillage perpétrée contre les civiles de Boye Rabe, un quartier réputé proche de l’ancien président François Bozizé évincé depuis le 24 mars 2013, la force de l’Afrique centrale a décidé de prendre les choses en main. Si ces opérations ont été appréciées par toute la population, elles se sont éloignées de leur objectif qui est celui de pacifier la capitale afin de l’étendre dans les provinces. On se souvient encore que le 18 aout 2013, le Général Nouredine Adam, le numéro de la Seleka a été enlevé de son poste de Ministre de la sécurité publique et remplacé par Josué Binoua. Ce dernier, considéré comme un Judas par certains membres de KNK et surtout les proches de l’ancien président François Bozizé, a su se rendre compte que seul le désarmement effectif peut permettre de sauver une situation déjà très volatile. C’est ce qui a justifié début septembre, les opérations de désarmements menées par les forces de l’ordre public et la Seleka.

La Seleka sera exclue après les bavures dans certains quartiers tel que Boeing qui ont fait fuir la population en se refugiant dans le seul endroit jugé fiable pour eux, le tarmac de l’aéroport Bangui M’Poko. Même si un décret du chef de l’état de Transition Michel Am Non Drocko Djotodia a exclu les éléments de la Seleka de la suite des opérations suite à sa dissolution, leur présence est restée visible dans les rues de Bangui et des autres villes centrafricaines occasionnant un climat de terreur absolue.

Apprécié par toute la population dont l’initiateur Josué Binoua a été considéré comme l’homme de la situation, le désarmement se fera à deux poids deux mesures et épargnera certains caciques de l’ex Seleka. Il est un secret de polichinelle que les éléments de la Seleka pour la plupart gardent par devers eux, plusieurs armes récupérées lors de la prise de Bangui. Ils ont juste remis quelques unes et un stock important est resté caché soit déplacé. La Seleka étant un mouvement rebelle hétéroclite, ses éléments ne devraient normalement pas être impliqués à ces opérations, ce qui se justifie également par la fraternité qui pourraient exister entre ses éléments empêchant sans doute le sérieux pour le désarmement. Tout le monde sait que seules les opérations de désarmement bien organisées et efficaces peuvent permettre de ramener l’ordre dans ce pays.

-L’absence du général Moussa Assimet, une cause probable

On se souvient encore du transfert du général Moussa Assimet, l’un des chefs de la Seleka le plus influent, le 18 octobre dernier au Soudan son pays natal. Celui qui se réclamait centrafricain d’originaire était parti seulement avec une dizaine de ses hommes à bord de l’avion qui l’avait amené. Pourtant, une source militaire à Bangui expliquait qu’il dispose encore de quelques 500 éléments à Bangui et qu’il avait demandé à ce qu’ils soient incorporés dans l’armée centrafricaine. L’absence de ce chef peut avoir des conséquences sur ses éléments qui pourraient être les instigateurs de la violence à Bangui. Sans leur chef, ils se croiraient biaisés et décideraient de se faire payer sur la peau de la bête. Le cantonnement de tous les éléments de la Seleka y compris ceux du Général Moussa Assimet doit être une priorité pour le gouvernement et le président de la  Transition s’ils veulent absolument ramener l’ordre sur le territoire centrafricain.

Le gouvernement de transition est-il incapable de faire appliquer ses décisions ?

A en croire, le problème financier avec l’état piteux où se trouvent les caisses du trésor centrafricain n’arrange pas la situation. Même si tout le monde sait que ce problème est essentiellement dû à la non-opérationnalisation des services de douanes et d’impôts notamment dans les provinces qui alimentent essentiellement les caisses de l’Etat afin de garantir les dépenses de l’État. La suspension de l’aide par certains partenaires de la République centrafricaine telles que la Banque Mondiale, le FMI et autres n’a fait qu’amplifier la descente aux enfers. Mais le problème le plus grave est sans doute le respect des décisions prises par les autorités de la transition. En mai dernier, l’ancien Ministre de la Sécurité, également le numéro de l’ancienne Seleka avait pris des décisions interdisant aux ex-Seleka de se promener dans la ville de Bangui lourdement armés comme si, ils partaient en guerre. Cette décision avait accouché d’une souris. Il en va de même des décisions prises par le Chef de l’Etat interdisant les éléments de l’ex Seleka de prendre part aux opérations de désarmement. Tout porte à croire que même les décisions du président de la transition ne font pas l’unanimité parmi les responsables de ce mouvement.

-L’aide internationale tarde à venir

Tous les pays y compris les pays du conseil de sécurité des Nations-Unies se sont rendus compte de la dégradation de la situation sur le terrain. Plusieurs « lieutenants » de Ban Ki Moon, le secrétaire général des Nations-Unies l’ont confirmé lors de leur visite dans ce pays. La visite de Laurent Fabius alors ministre français des Affaires étrangères le 12 octobre et sa déclaration ont fait comprendre au monde entier combien les centrafricains souffrent. La résolution de l’ONU visant à renforcer le Binuca (Bureau Intégré des Nations-Unies en Centrafrique) et le renforcement de la Misca (Mission Internationale de Soutien à la Centrafrique) a été une décision saluée par les uns et les autres même si l’envoi des casques bleus n’est pas d’actualité pour les Américains et les Anglais. La promesse des partenaires ainsi que celle de l’Union européenne et des Etats-Unis ont été des signes qui expliquent la prise de conscience de la situation centrafricaine. Mais l’aide promise, dans l’ensemble tarde à se concrétiser face à l’urgence de la situation sur le terrain. L’opérationnalisation de la Misca et son soutien apparaissent inévitablement comme une solution incontournable. Mais les défis restent présents dans la mise en place de cette force africaine dont la date du 19 décembre est décidée pour son effectivité.

Un constat amer fait l’unanimité : la République centrafricain est au bout du chaos, elle est en situation de pré-génocide comme le disent les Américains, au bord du génocide comme l’explique la position française et un état défaillant comme l’affirment certains  responsables des Nations-Unies. Mais si tout le monde sait que ce peuple qui a commencé à souffrir depuis plusieurs mois et continuent de subir des atrocités sans précédent a besoin qu’on le fasse sortir de ce trou dont la sortie semble impensable, pourquoi ne pas voler à son secours ? Que fait-on de la solidarité humaine? Et pourquoi ignorer l’appel et le cri de détresse d’un peuple au bord de l’irakisation? Comme le dit certains responsables de l’ONU dont le sous-secrétaire de maintien de la paix, il faut agir maintenant et vite pour éviter un génocide.

Centrafricains, partageons-nous la responsabilité dans le drame de notre pays ?

Tant de questions ont effleuré mon esprit ces derniers temps me poussent à rédiger cet article. Des questions qui sont pour la plupart légitimes vu leur importance. Pour se relever de cette crise endémique, il faut repartir à la source. « Pour tuer un serpent, il faut couper sa tête ». Les Centrafricains de toutes les couches partagent-ils la responsabilité collective de notre drame ? Le conflit centrafricain est plus profond qu’il en à l’air. Il est béant. Il doit être vu et expliquer dans tous ses contours. Dans ce billet, nous tenterons d’expliquer un certain nombre de choses qui ont permis de creuser davantage notre tombe.

 Quelques compatriotes avaient déjà abordé ces constantes qui méritent d’être soulignées. Dans un article de notre confrère blogueurCentro, la crise centrafricaine résulte d’un complot international et la solution ne viendrait pas de cette communauté internationale, ces personnes qui se disent politiciens, de l’Union africaine ni de la CEEAC qui ne font que tergiverser. Le scénario est semblable à celui du Mali où plusieurs réunions avaient été convoquées (plus d’une dizaine) sans vraiment avancer dans résolution de la crise malienne. Il a fallu que la France intervienne et qu’aux côtés des troupes françaises, un contingent tchadien se décident de lancer l’assaut pour libérer le nord Mali des groupes djihadistes. En Centrafrique, déjà 5 réunions extraordinaires, plus de 6 mois et une force qui n’existe que sur le papier car le contour financier reste discutable. Les organisations sous-régionales, régionales et internationales se regardent sans se concerter réellement sur le financement de la Misca. Je partage cette analyse du fait que nous avons largement contribué en tant que Centrafricains à arriver à cette déconfiture où passer une nuit sans une mauvaise nouvelle du genre attaque à Bossangoa, pillage à Boye-Rabe, assassinat à Combattant devient quelque chose de normale.

La vie de chaque Centrafricain ne tient qu’à un fil qui peut être fendu à tout moment par la volonté d’une tierce personne. L’humain est animalisé, dépouillé de toute sa dignité. Qu’à cela ne tienne, la faute nous incombe, car en tant que patriotes, notre responsabilité première consiste à nous unir pour barrer la route à tous ceux qui s’opposent de quelque façon que ce soit, au développement de notre cher et tendre pays, un pays qui a brillé dans le passé. Nous avons non seulement assisté à cette lamentable situation, mais nous y avons largement contribué par la mauvaise foi, par nos sales besognes, par le manque de patriotisme. Chacun quel que soit son travail, a jeté l’huile sur le feu. Notre ignorance a été constante et elle est un effet boomerang.

Des faits qui parlent d’eux-mêmes

  • Lorsque nous avons décidé volontairement d’opter pour un régime basé sur le népotisme, le favoritisme, le clientélisme, le clanisme, ce n’est pas la faute à la communauté internationale.
  • Lorsque nous avons volontairement sacrifié l’éducation des Centrafricains en détournant les fonds destinés à réformer les systèmes éducatifs, à corrompre un système éducatif qui n’existait plus depuis plus d’une décennie, ce n’est pas la faute à l’Unesco.
  • Lorsque nous avons décidé volontairement de détruire l’armée, en favorisant le recrutement des proches et parents en son sein au lieu de réaliser un recrutement digne de ce nom en mettant en devant, les compétences et la bravoure, ce n’est pas la faute à la Fomac ni à la Misca.
  • Lorsque nous avons décidé d’aider ces étrangers qui se sont mis à piller, tuer, détruire les maisons par notre complicité en pointant du doigt les maisons, en profitant pour régler nos comptes, ce n’est pas la faute aux Tchadiens ni aux Soudanais;
  • Lorsque nos frontières sont d’une porosité extrême et que des groupes armés étrangers circulent en toute liberté sans pour autant être inquiétés, ce n’est pas la faute aux pays voisins ;
  • Lorsque nous avons décidé d’escroquer, en tant que chef militaire, les candidats au recrutement des militaires sous l’ancien régime et que ces candidats malheureux se retrouvant dans la Seleka en profitent pour se venger, ce n’est pas la faute d’une tierce personne ;
  • Lorsque nous avons décidé de créer les partis politiques pour ensuite sauter sur la première occasion pour entrer dans le gouvernement et rallier à la majorité présidentielle et perdre le chapeau de l’opposition en acceptant certaines pratiques non démocratiques et en privilégiant remplir nos poches au détriment du peuple que nous avons juré sur la tombe de nos ancêtres lors des discours creux et dénués de sens que nous allons le servir, ce n’est pas la faute au peuple qui a placé en  nous son espoir ;
  • Lorsque, au lieu de créer des entreprises afin d’embaucher des jeunes sans emploi, favoriser le développement socio-économique, nous avons jugé utile de créer des partis politiques qui « polluent » l’atmosphère politique en Centrafrique, ce n’est pas la faute à la France ;
  • Lorsque nous avons décidé d’aller vivre à l’étranger et de nous fier juste à des fameuses déclarations qui ne changent en rien la situation au lieu d’emboiter le pas aux initiateurs de URGENCE236 qui sont venus en aide aux populations affectées, ce n’est pas la faute aux organisations humanitaires.
  • Lorsque, nous avons décidé volontairement de regarder nos frères, peu importe leur région, leur ethnie, leur religion comme des étrangers, alors que ce sont aussi des Centrafricains comme nous, ce n’est pas la faute à la communauté internationale ;
  • Lorsque nous avons décidé d’aller voter pour un candidat parce qu’il est de notre ethnie, notre région, ou que nous avons reçu de l’argent et du matériel de sa part, ce n’est pas la faute aux observateurs internationaux ;
  • Lorsque nous acceptons de percevoir un billet de 5000 F Cfa pour endurer 5 ans de souffrance à raison de 1000 F Cfa par an, ce n’est pas la faute à l’Union européenne. Alors que nous pouvons opter comme Stephen King,  « La confiance de l’innocent est le meilleur atout du menteur», ôtons cette confiance aveugle aux politiciens et leur masque tombera toute seule.
  • Lorsque nous avons décidé d’ignorer ce qui se passe dans notre pays et vivre comme si de rien n’était en laissant nos pauvres parents pourrir comme des animaux, ce n’est pas la faute à la communauté internationale.

Alors Centrafricains, chers frères et sœurs, pourquoi renvoyer la responsabilité sur les autres lorsque nous sommes, nous-mêmes à l’origine de notre drame. Nous avons toujours opté pour la facilité en rejetant la responsabilité sur les autres puisqu’il est facile d’accuser que de s’accuser.

Quand est-ce que nous allons ouvrir les yeux et comprendre que nous sommes responsables de ce qui se passe et que c’est par nos propres efforts que de la solution idoine et définitive jaillira la joie dans nos cœurs. Il est temps que nous changions, car « Les erreurs ont toujours été les plus grands professeurs» affirme François Gervais.

Si nous ne voulons pas que notre pays revive la même tragédie, c’est à nous de décider de tourner cette sombre page de notre histoire et décrire une autre page dont la base doit être la démocratie. Ce combat ne doit pas être solitaire, il faut qu’il y ait une révolution morale, car c’est elle la vraie révolution, ce n’est pas les armes qui vont faire changer les choses et là, nous avons eu suffisamment de preuves pour ne plus nous en dissuader.

En Centrafrique combien de temps encore faut-il attendre l’opérationnalisation de la Misca ?

Les récents évènements en Centrafrique au nord et nord-est démontrent la dégradation de la situation sécuritaire déjà très tendue depuis le coup de force de la Seleka le 24 mars dernier. Certains observateurs qui avaient prédit l’échec du déploiement rapide de la force africaine n’ont pas eu tort. Au contraire, l’Union africaine qui avait voté la résolution créant la Misca (Mission de stabilisation de l’Union africaine en Centrafrique) et son lancement le 1er août 2013 n’a malheureusement pas les moyens de sa politique. Elle est obligée de porter son projet, ce dernier ayant vu le jour sans promesse concrète de financement devant le Conseil de sécurité des Nations unies.

 

Officiellement, la Fomac (Force multinationale de l’Afrique centrale) a cédé la place depuis le 1er août à la Misca, mais dans les faits, rien n’est encore prêt. Nous sommes encore à la phase de la formalisation de cette mission africaine dans tous ses aspects : administratif, opérationnel, financier… Mais les violations des droits l’homme perpétrées par l’ex-rébellion au pouvoir appelée Seleka et des bandes armées où s’ajoutent quelques habitants de villages appelés « anti-balaka » n’ont fait qu’augmenter. Cette mission de la Misca qui devrait être opérationnelle avec quelque 3 500 hommes, dont des policiers, gendarmes et militaires issus essentiellement des pays de la Cemac  (Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale) ne sera pas effective bientôt. En tout cas, c’est le constat qu’on peut faire malgré le discours du président français, François Hollande et l’appel à l’aide du premier de transition Nicolas Tiangay lors de la 68e Assemblée générale des Nations unies.

 

De réunion en réunion, nous sommes en train d’assister à la passivité de la communauté internationale. Messieurs de la communauté internationale, les Centrafricains pris au piège entre les différents protagonistes n’ont pas besoin de promesse, on a envie que vous vous décidiez. Soit nous venir en aide ou bien nous dire tranquillement lors de vos nombreuses réunions et déclarations que nous n’allons jamais comprendre puisque la majorité de notre population ne possède plus de radios à cause des pillages systématiques des biens. Les nombreuses déclarations faites par les ONG présentes en Centrafrique et le dernier rapport de la FIDH sur le drame centrafricain devraient normalement attirer l’attention du Conseil de sécurité qui devrait se saisir de ce dossier pour écourter la souffrance des Centrafricains en favorisant le déploiement de cette mission africaine.

 

Où est partie cette communauté africaine et internationale qui n’a pas hésité à voter des résolutions lorsque, dans des pays comme la Libye et la Côte d’Ivoire, il fallait intervenir pour ramener un semblant de paix ? N’avez-pas d’oreilles pour entendre ces cris de SOS lancés par ces pauvres enfants, femmes et hommes qui ne demandent rien d’autre que d’être protégés ? Où sont ces présidents qui se disent vouloir combattre les violations des droits de l’homme ? Ne voyez-vous pas que de pauvres enfants meurent dans la brousse comme des animaux laissés à la merci de la nature, seuls contre les moustiques, la famine, et toutes sortes de dangers ?

Et pour vous les pays africains, pays frères de la RCA, il ne suffit pas de faire des déclarations pour que vos frères et sœurs puissent être en paix. Quels sont vos apports ? Mis à part quelques pays de la Ceaac (Communauté économique des États de l’Afrique centrale), notamment le président Sassou Nguesso. Ne pensez-vous pas que ce pays meurtri mérite votre aide ? Ce n’est pas l’arrivée probable à Bangui ce dimanche 13 octobre du ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius qui doit faire jaillir la joie dans nos cœurs, détrompons-nous. Comptons seulement le nombre de fois que des déclarations ont été faites, rien n’a changé ! Ce n’est pas les déclarations ni des condamnations qui vont faire basculer la situation. Il faut agir vite pour arrêter hémorragie.

 

Si vous ne le savez pas, la Misca, c’est comme la police de Los Angeles qu’on voit dans les films. Elle intervient quand tout a été fait. Exemple, à Bossangoa, on a attendu que la Seleka tue, pille, viole et brûle des maisons des villageois, et que certains villageois réunis en « anti-balaka » s’attaquent aux éléments de la Seleka et surtout se vengent sur une partie de la communauté musulmane pour que quelques éléments de la Misca soit envoyés dans cette ville. Même chose pour la ville de Bossangoua. Et puis, on verra que quelques éléments de la Misca arriveront certainement après la mort de plusieurs civils à Yaloké. Le bilan pour l’heure depuis le lundi 7 octobre est d’au moins une trentaine de morts.

 

Pauvres Centrafricains, au moins, ces évènements viennent confirmer que nous sommes seuls à posséder le destin de notre pays. Nous n’avons pas compris,  mais si nous espérons sur une résolution des Nations unies afin de rendre la fameuse Misca opérationnelle, nous risquons de mourir tous, de nous entretuer comme des animaux sans scrupule. Ces tragiques évènements nous apprennent que nous ne devons compter sur personne pour nous sortir de ce gouffre.

Le cri d’un Centrafricain épris de paix, Peace for Centrafrique !

Libre circulation en zone CEMAC, un projet ambitieux ou un rêve utopique ?

Au delà des problèmes particuliers que rencontre chaque citoyen lambda des pays de la zone CEMAC (Communauté Économique et Monétaire en Afrique Centrale), il faut ajouter le problème de libre circulation qui est un véritable défi à relever. Pour tous ceux qui voyagent dans cette sous-région de l’Afrique, les difficultés sont lésions. Peu importe, que ce soit par voie terrestre ou bien aérien, les tracasseries ne manquent jamais. Pour rappel, le16 mars 2012 a été célébrée, à Bangui qui abrite le siège de l’institution la journée de la CEMAC sous l’auspice de «libre circulation en zone CEMAC». 

Le vendredi  16 mars 2012 dernier, à Bangui, on célébrait la journée de la CEMAC, autour du thème: « Libre circulation en zone CEMAC ». Mais la question qui mérite d’être posé est à quand cette libre circulation? Difficile de trouver une réponse à celle-ci avec l’état des lieux actuel. Il y a quelques années, j’ai bénéficié d’un voyage pour le Tchad en vacances afin de visiter ce pays dont j’en fais aussi mien. Mais mon audace sera très vite déçue quand arrivé à la frontière, nous avons commencé à comprendre que ce voyage était une mauvaise idée. D’abord, c’est un poste de Police qui exigeait à tous les passagers exceptés les Tchadiens de passer faire la formalité-mot qui trouve son importance en Afrique centrale- et après, c’est au tour des gendarmes, ensuite des militaires.


Cependant, le pire est sans doute ce que j’avais subi en septembre 2011 quand je quittais Bangui pour Douala. Nous avons dû, en tant que non-Camerounais payer la somme de 2000 FCFA à chaque poste de contrôle en présentant nos passeports malgré le visa d’entrée payé à Gara Boulaï, la frontière. Le comble c’est aux frontières d’un côté à l’autre, malgré tous les papiers (ordre de mission, passeport, laissez-passer etc.), il faut débrousser de l’argent au  visa des laissez-passer et des passeports (1 000 Frs ou 2 000 Frs). A chaque barrière, des pourparlers sont au rendez-vous et le même cirque : des négoces et des glissements de billets de banque jusqu’à Douala. Pour contourner ces problèmes, certaines personnes s’arrangent à obtenir des cartes d’identité de plusieurs pays voisins. C’est surtout le cas des commerçants. C’est ainsi que j’appelle TCHACAMCA (TCHadien-CAMerounais-CentrAfricain) ceux qui sont devenus des citoyens dans les trois pays. Mais à malin, malin et demi : d’autres commerçants en l’occurrence ceux empruntant le plus souvent l’axe Centrafrique Cameroun trouvent refuge dans la collection des pièces de 500 FCFA en métal fabriquées localement à Bangui, en payant 100 FCFA au fabricant pour avoir 500 FCFA. Ces pièces vont les servir pour tromper la vigilance des policiers Camerounais.

 Mais, la situation est presque, identique pour les autres nationalités qui se rendent à Bangui. Un ami Camerounais me racontait son calvaire quand en 2005, sa famille décida de l’envoyer en Centrafrique pour la suite de ses études. Il a dû passer quelques jours à Bouar (une ville située à un peu plus de 400 Km de Bangui) pour attendre qu’on lui envoie un peu d’argent. Tout ce qu’il avait sur lui était épuisé à cause des contrôles des forces centrafricaines. Certains pays tels que le Gabon d’Ali Bongo Ondimba et la Guinée Equatoriale de Teodoro Obiang Nguema Mbasogo se font remarquer par le durcissement de l’entrée des autres ressortissants de la CEMAC. Qui veut se rendre dans ces pays doit se munir d’un visa et s’acquitter des frais de la carte de séjour après son arrivée. Les deux pays sont loin d’accepter la libre circulation ne fut-ce que des personnes.

Passeport biométrique CEMAC, est-ce la fin de la souffrance des voyageurs ?

Lors d’un sommet de la CEMAC, il a été décidé de satisfaire aux exigences des normes internationales en ce qui concerne les cartes d’identité et le passeport biométrique. Un délai a été fixé pour qu’au plus tard 2010 la nouvelle norme concernant les passeports biométriques entre en vigueur. Mais ce n’est qu’en 2011 que la RCA a commencé à délivrer les passeports biométriques avec des restrictions jamais égalées. Il suffit de jeter un coup d’œil a cet article de notre confrère ASSANI Salim, sur son blog la coquette pour s’enquérir des problèmes liés à cette nouvelle norme.  Pour beaucoup de personnes, cet engagement politique permettra sans doute de régler le délicat problème de libre circulation des biens et des personnes comme dans l’espace CEDEAO. Mais ces personnes resteront bien sur leur soif. Après plusieurs grèves des transporteurs en République Centrafricaine, le Président Centrafricain prendra un décret décidant du démantèlement les barrières dites illégales. Ce décret a été appliqué à partir de fin juillet 2012. Un mois après ce décret, des changements ont été constatés.

Côté circulation des biens, selon une enquête du journal Jeune Afrique, publié par Cameroon Tribune , d’après le président de la BDEAC (Banque de Développement des États de l’Afrique Centrale), le Centrafricain Anicet Georges Dologuélé, le transport de marchandises entre Douala et N’Djamena coûte six fois plus cher qu’entre Shanghai, en Chine, et le port de Douala. Il dure également deux fois plus longtemps, à savoir soixante jours, contre trente jours. En cause, l’état parfois désastreux des routes, les tracasseries policières, etc ;

Outre, on peut remarquer sans ambigüité qu’il se pose réellement un problème de volonté politique du coté des autorités des pays de la CEMAC. D’ailleurs, les mésententes intestines au sein même de l’institution n’est plus un secret de polichinelle. Même les Chefs des États entre eux, ont des différends qui ne facilitent guère la situation.

En ce qui concerne le transport aérien, il y a souvent des difficultés à trouver un vol direct entre les principales villes des pays membres de cette institution. Il faut espérer que la nouvelle compagnie AIR CEMAC qui devrait être opérationnelle depuis plusieurs mois, et qui finalement selon les dernières nouvelles prendra vol à partir de janvier 2013 apportera un soulagement aux nombreux voyageurs de cette sous-région.

Face à toux ces dilemmes, des efforts doivent être consentis de tous côtés, que ce soit les dirigeants politiques, les populations de l’espace CEMAC pour atteindre le niveau actuel de l’Afrique de l’Ouest dans la libre circulation des personnes.