#Brisonslapeur: un hastag pour vaincre l’insécurité en République centrafricaine

Depuis quelques jours, le hashtag #Brisonslapeur circule sur les réseaux sociaux pour vaincre l’insécurité en République centrafricaine grâce aux articles des bloggeurs. Il a été initié par l’Association des Blogueurs Centrafricains (ABCA) suite à la rencontre du bureau du comité ad’hoc de l’ABCA avec le Représentant Pays de l’Internews, Pascal Chirha, l’un des partenaires de cette association le 10 février 2017.

Pour le président de l’ABCA, Eric Penzy Ngaibino : « L’objectif du hashtag #Brisonslapeur est de franchir les barrières de la peur, du repli sur soi et de permettre la cohésion entre les communautés. Il est vrai que le désarment est nécessaire et primordial, mais pour nous qui n’œuvrons qu’aux travers de nos blogs, bouches et plumes, le véritable désarmement commence par les cœurs

Hastag créé pour vaincre l’insécurité en Centrafrique

Pour Fridolin Ngoulou, Journaliste-blogueur, Webmaster au réseau des Journalistes pour les Droits de l’Homme et membre de l’ABCA : « Un constat justifie cette campagne de sensibilisation: de nombreux quartiers et villes de Centrafrique défrayent les chroniques en raison de l’insécurité grandissante dans certaines zones. Et les incrédules sont nombreux à vouloir jurer de ne pas fréquenter ces zones qualifiées d’infréquentables ou de zone rouges». Il a poursuivi en ces termes : « pour dénoncer les exactions et pousser les autorités à agir,#Brisonslapeur et préjugés».
Pour Alabira Louqmane, activiste sur les réseaux sociaux, fondateur du groupe « Les réalités du Km5 » qui donne des informations sur ce qui se passe au quartier KM5 et trésorier de l’ABCA: « L’objectif de #Brisonslapeur est d’inciter les victimes à se faire confiance en s’acceptant et en acceptant de vivre ensemble, de cohabiter sans aucune peur, ni préjugé, ni méfiance… Aussi nous allons pousser nos gouvernants à agir dans ce sens pour faciliter tout ce qui brisera la peur, la haine inter communautaire …».

Alabira Louqmane

Alabira Louqmane posant devant l’usine de Mocaf, à Bimbo le 17 février 2017

Eric Penzy Ngaibino revient en expliquant que: « Nous devons d’abord désarmer les cœurs et ensuite viendra le tour des mains… », en réponses à certains compatriotes qui posent comme condition préalable à cette campagne, le désarmement des groupes armés qui pullulent le pays. Et Prudence Yamete, Journaliste d’ajouter que: « l’essentiel es invisible aux yeux, les cœurs doivent être désarmés ensuite les mains et la gaieté s’ensuivront ».

Contexte de crise en Centrafrique
Pour rappel, la République centrafricaine, un pays situé au cœur de l’Afrique, traverse une grave crise de son histoire depuis fin 2012 avec l’avènement de la Seleka. Cette dernière est un groupe de factions rebelles qui a fini par prendre le pouvoir le 23 mars 2013, renversant le régime du général d’armée Francois Bozize. Pendant sa marche sur Bangui et après sa prise de pouvoir, les éléments de la Seleka ayant comme chef, Michel Djotodia avait semé la désolation avec des milliers de victimes, de crimes, …en imposant la peur et les massacres. Les Antibalaka, une milice qui a été créée en septembre 2013 en réponse au phénomène de la Seleka ont occasionné à leur tour de milliers de morts et de déplacés. En fin de compte, la République centrafricaine s’est retrouvée ingouvernable avec des zones où les rebelles font leurs lois, prélèvent des taxes, imposent leur justice,…la violence est devenue quotidienne et les représailles des groupes armés régulières avec, comme seule victime, la population civile prise en otage.
Voici donc plus de trois ans que cela dure. La paix n’a pas pu être imposée en dépit de nombreuses initiatives sous-régionales et régionales pour sécuriser le pays notamment le déploiement des casques bleus de la mission onusienne Minusca (Mission multidimensionnelle intégrée de stabilisation des Nations unies en Centrafrique) depuis 2013. Les élections groupées (législatives et présidentielles) de décembre 2016 qui avaient pour but de faire élire des dirigeants démocratiques afin d’endiguer cette crise après plus de deux ans de transition, portant au pouvoir le Professeur Faustin Archance Touadera, à la présidence et des représentants du peuple à l’Assemblée Nationale, n’ont pas pu apporter la solution miraculeuse, celle de faire régner la paix sur tout le territoire centrafricain.
Ainsi donc, des blogueurs comme Fridolin Ngoulou, Alabira Louqmane, Rosmon Graine de Champion, Fabien Zem, Baba Mahamat, Loic Romy Gotto, Inès Laure , Prudence Yamete, Eric Ngaba, Elodie Tainga Poloko, et bien d’autres se sont lancés dans cette campagne de sensibilisation à travers le hashtag #Brisonslapeur.
Pour rejoindre la cause, rien de plus simple que d’aller vers les autres, de nous rapporter un post ou une image ici sur la toile avec la mention #Brisonslapeur. C’est possible d’avoir la paix si nous la voulons. Alors brisons la peur dans chaque coin de la République centrafricaine.

Danielle Mbari, présidente de l'association Sango

Danielle Mbari: « une nouvelle Centrafrique est possible »

Depuis le début de la crise en décembre 2012, cette femme, la cinquantaine se bat sur les réseaux sociaux pour l’éveil de la conscience centrafricaine. Après le chaos installé d’un coté par les Seleka et de l’autre coté les Antibalaka, Danielle Mbari se bat quotidiennement en sensibilisant les centrafricains de tous bords pour la réconciliation et le vivre-ensemble. Danielle et plusieurs autres centrafricains sont appelés les gens qui font la paix. Car ils ne se limitent pas à faire des critiques acerbes ou à rejeter la responsabilité sur l’un ou l’autre camp. Elle a ainsi contribué à lancer un projet dont sa réalisation est très symbolique pour la réconciliation entre musulmans et chrétiens, il s’agit de la reconstruction par les chrétiens et les musulmans de la mosquée de Lakouaga, l’une des mosquées les plus fréquentées à Bangui par les fidèles musulmans, détruite par la population lors du conflit. La présidente de l’association Sango, a accepté de répondre à nos questions à cœur ouvert en parlant de son engagement pour la RCA.

1-Bonjour, peux-tu te présenter et nous dire qui se cache derrière cette image qui te représente?

DM : Je m’appelle Danielle Mbari, j’ai 54 ans et suis mère de quatre enfants. Je suis née et réside en France. Derrière cette image et les apparences se cache une Centrafricaine, par alliance depuis 2008, et de cœur depuis maintenant 19 ans.

 2-La RCA traverse depuis plusieurs années des crises politico-militaires, la dernière en date qui a fait chavirer le navire est celle qui a débuté en décembre 2012, une véritable tragédie. Alors pour toi, qui es centrafricaine, quelles en sont les causes profondes?

DM: A l’échelle nationale, ces crises sont les conséquences d’une mauvaise gestion des affaires, d’une mauvaise gouvernance, d’un problème d’hommes. Un pays est comme une entreprise : avec un mauvais management et des ressources (y-compris les ressources humaines) mal gérées, c’est la faillite assurée ! Cependant, s’il est question de définir les causes profondes, il faut élargir le zoom pour une analyse à l’échelle mondiale. Cela ne va alors pas sans évoquer la politique africaine du colonisateur depuis une indépendance malheureusement restée très théorique. La RCA avec son sous-développement, ses crises etc., n’est que le produit d’un système politico-économique gigantesque établi, huilé et rodé pour servir et préserver la domination occidentale dont l’une des armes invisibles est la désinformation tandis que l’arme visible téléguidée sur le terrain est la masse humaine. Les deux sont malheureusement très efficaces !

3-Comment faire pour endiguer ces crises qui n’en finissent pas en Centrafrique?
DM:
En fait, il faudrait une révolution ! Je l’entends non pas dans le sens d’une révolte sanguinaire, mais plutôt d’un changement radical des mentalités et des comportements afin qu’un état de faits qui maintient la quasi-totalité de la population dans une misère dramatique soit effectivement ré-vo-lu. Les choses ne changent pas d’elles-mêmes. C’est à l’Homme que revient la responsabilité de changer, d’abord lui-même, pour ensuite changer les choses.

4-Penses-tu que les Centrafricains partagent la responsabilité dans le drame que connait notre pays?
DM:
C’est une évidence ! La responsabilité se partage entre les Centrafricains à différents niveaux : en tout premier lieu les dirigeants : la responsabilité initiale revient au président déchu, François Bozizé. Il est à l’origine de la rébellion Seleka qui a trouvé son essence même dans le non-respect des engagements qu’il avait pris envers les mercenaires qui l’avaient porté au pouvoir en 2003. Face à une rébellion montante, il disposait de toutes les informations et stratégies nécessaires pour la stopper et n’a pas jugé bon d’agir, au détriment du peuple. Une fois au pouvoir, Djotodia n’a pas su l’exercer, laissant ses troupes se payer sur la population, fertilisant ainsi le terreau d’une contre-rébellion, les Anti-balaka. Viennent ensuite ceux qu’on appelle à plus ou moins juste titre les « élites » et la « classe politique » qui ont brillé par leur inertie, un laisser-faire et/ou la stratégie de « chercher à manger », faisant fi de l’intérêt collectif. Pour finir, disons qu’il n’y a pas d’oppresseurs sans opprimés, pas de corrompus sans corrupteurs, pas de chef rebelle sans rebelle etc. Même si l’on conçoit que l’analphabétisme favorise le suivisme, je pense que chacun a effectivement sa part de responsabilité. Je cite volontiers Joan Borysenko, « Chaque jour nous avons le choix : d’exercer des tensions ou de pratiquer la paix. »

 5- Quelle doit être la place de la jeunesse en Centrafrique dans la résolution du conflit actuel qui continue de faire de milliers de victimes ?

DM: Les jeunes ont un rôle clé à jouer dans la résolution du conflit actuel. C’est évident qu’ils n’ont pas l’expérience des anciens, mais dès lors qu’il s’agit justement de ne pas reproduire les erreurs du passé, notamment sur le plan politique, les jeunes peuvent et doivent contribuer à instaurer de nouvelles normes. Face à des autorités de transition qui font perdurer les anciennes pratiques et des forces armées internationales manifestement peu motivées à rétablir la sécurité, ils peuvent et doivent s’impliquer, non pas dans la violence et le désordre, mais en se rassemblant et s’organisant pacifiquement pour faire entendre leur voix, au moins pour signifier ce qu’ils ne veulent pas, à savoir la guerre, le conflit, l’insécurité. La paix se fait à tous les niveaux, à commencer par l’entourage, les amis, la famille, le quartier, le village, la ville. Les jeunes, plutôt que de suivre ceux qui sèment le désordre, doivent faire tout leur possible pour pacifier et fédérer les forces positives. C’est leur avenir qui est en jeu.

6-Quelles sont, selon toi, les principales qualités que les jeunes Centrafricains doivent acquérir pour faire face aux défis qui les entourent?
DM:
Sont de mise, à mon avis, lucidité et de discernement ouverture d’esprit, humilité, discipline et détermination. Les jeunes ont hérité de mauvaises valeurs dans un univers marqué d’une gabegie arrogante. Leur perspective d’avenir ne doit pas se limiter aux deux options « traditionnelles »: devenir président ou se sortir du bled ! Ils doivent comprendre que ce sont eux qui dessinent l’avenir, le leur, celui de leurs enfants et que c’est par le travail et les forces conjuguées de tous qu’ils pourront contribuer à faire rentrer la RCA, qui en offre, somme toute, toutes les possibilités, dans le concert des nations.

7-Récemment, tu as séjourné à Bangui. Dans quel état d’esprit ton séjour s’est passé ? Que retiens-tu de ce voyage?

DM: C’était mon premier séjour depuis les évènements qui ont frappé le pays. Je savais que je ne retrouverais pas le Bangui que j’avais laissé en janvier 2012. Ce séjour m’a permis de prendre la pleine mesure de la situation, humanitaire, sécuritaire et des problèmes qui minent le quotidien d’une population fatiguée, matériellement et moralement épuisée et prise au piège par les belligérants et les bandits. Le pays est à plat, tout est à refaire, ou plutôt tout est à faire, à faire idéalement autrement ! J’éprouve une immense considération pour toutes les âmes vaillantes qui n’ont pas baissé les bras, ont trouvé la force de repartir de rien, font des projets et croient en l’avenir.

8-Ton passage à Bangui t’a permis de réaliser une grande action, celle de pouvoir s’unir avec des volontaires pour reconstruire la mosquée de Lakouanga, comment est apparue cette idée? Quels en sont les initiateurs? Quel message voulez-vous faire passer à travers ce projet qui va dans le sens de la réconciliation?

DM : Etant à 6000 km de la RCA, j’étais lasse de parler de la souffrance des Centrafricains et ai lancé un appel aux dons dans le but de mener une action pour aider. Parallèlement, j’interrogeais les compatriotes basés en Centrafrique qui étaient, à mon sens, les mieux placés pour savoir quel type d’action mener. L’écho est venu d’un habitant du quartier Lakouanga, Christian Ndotah, avec plusieurs propositions, dont la rénovation de la mosquée de Lakouanga, qui lui tenait à cœur. Cette action-là a retenu mon attention car elle allait véritablement dans le sens d’une recherche de la cohésion sociale. Je vois trois messages à travers ce projet : le premier, c’est de rappeler que musulmans et chrétiens, tous prient un même Dieu et que la religion qui n’est pas à l’origine des conflits ne doit pas être utilisée pour les aggraver. Toutes les communautés, musulmans, chrétiens, animistes, tous ont leur place dans la société, dans le pays. Le second, c’est qu’au lieu de demander que la paix revienne, c’est à nous, à chacun d’AGIR pour la faire ! Quand on veut la paix, il faut en tout cas que l’un fasse un pas vers l’autre. Sans cela, comme nous l’observons depuis des mois, la situation stagne et dégénère. Enfin, c’est aussi un message d’espoir : quel que soit l’état désastreux d’un pays, d’un édifice, d’une mosquée, rien n’est impossible à reconstruire pour autant que les Hommes en aient la ferme volonté et se rassemblent autour d’un même projet.

9-Parles-nous un peu de tes projets, à court, moyen et long termes?

DM: Dans l’immédiat, je finalise un ouvrage sur la cuisine centrafricaine qui sera publié prochainement.

D’autre part, je travaille sur l’organisation d’un festival de musique et des arts de la parole « Sîrîrî na bê » pour contribuer à une sensibilisation sur la paix, contre le racisme et toute forme de discrimination. Si tout se passe bien, il se tiendra à Bangui avant la fin de l’année.
A moyen et long terme, l’association Sängö que je préside souhaite créer un centre socio-éducatif, d’abord à Bangui, puis plus tard un autre dans le Mbomou quand la sécurité permettra.

10- Pour toi, une Nouvelle Centrafrique où la paix est acquise, le développement une préoccupation de tous et l’unité acceptée par tous, est-ce possible?

DM: Bien sûr que c’est possible ! Certes, on ne refera ni le monde, ni l’Histoire, mais comme dans tous les rapports de force, il y a moyen d’ajuster des paramètres pour rétablir des conditions plus équitables pour les différentes parties. Cela s’applique non seulement entre la RCA et les puissances étrangères, notamment la France, mais aussi au rapport entre les dirigeants et le peuple. La paix n’est jamais acquise, elle doit toujours être entretenue. C’est une mission éminemment politique. Au lieu de diviser pour mieux régner, les dirigeants, qui sont jusqu’à présent les seuls à bien manger, doivent enfin œuvrer pour le bien-être de la population, réduire au maximum les injustices sources de convoitise et hostilités, éduquer, conscientiser. Il n’est aucun pays au monde qui soit peuplé uniquement d’une population autochtone. Le Centrafrique est un pays dont la population s’est constituée de différents migrants au fil des siècles et il n’appartient pas plus à une ethnie qu’à une autre. Nous devons ouvrir nos esprits et nous resituer dans un univers où la diversité (ethnique, culturelle, confessionnelle) est une richesse et où seules la paix et l’unité procurent la force motrice indispensable au développement.

« Le changement, c’est nous et c’est maintenant », Baba Mahamat jeune centrafricain vivant au Cameroun

Nous avons l’honneur de recevoir Baba MAHAMAT, jeune centrafricain de confession musulmane vivant au Cameroun et activiste des Droits de l’Homme.

1 – Bonjour, peux-tu te présenter en quelques mots?
Je suis Baba Mahamat, jeune centrafricain, titulaire d’un diplôme de Master en Réseaux informatiques&Sécurité, membre de plusieurs associations de jeunes dont le Club RFI Bangui Fononon qui m’a formé, le Réseau des Jeunes de l’Afrique centrale pour les Droits de l’homme, Paix et Démocratie. J’ai été chargé de cours à l’université de Bangui de 2010 à 2011 avant de regagner Douala la capitale économique du Cameroun pour mon Master. J’occupe depuis peu le poste de Responsable d’Exploitation au sein d’une entreprise basée à Douala après 8 mois comme assistant-IT. Je suis enfin Social Reporter (couverture en ligne et sur-site des conférences, formations et grands événements sur les réseaux sociaux) et blogueur à Mondoblog (depuis septembre 2012) et à La Voix des Jeunes (depuis Juin 2014).

2 – Depuis quand as-tu connu l’UASCA et quels souvenirs gardes-tu de cette association?
L’Union des Anciens Séminaristes Carmes en abrégée UASCA est une association à but non-lucratif que j’ai découverte depuis plusieurs années à travers un collègue devenu ami, et très vite un frère, en la personne de Cédric Ouanekponé qui fut son Président. Mais faut-il rappeler que ma proximité d’avec la plus part des membres de ladite union est antérieure à sa naissance et ce, grâce aussi à Cédric Ouanekponé. Je garde de très beaux souvenirs de l’UASCA, des souvenirs que je ne suis pas prêt d’oublier. J’ai surtout en mémoire des souvenirs inoubliables du partage lors de la session de formation d’initiation en Informatique, organisée par le Bureau de l’UASCA sous l’impulsion de son Président de l’époque Cédric Ouanekponé et dont j’ai eu le privilège d’animer. Je me souviens comme si c’était hier de l’engouement de ces jeunes à apprendre plus et à maitriser les rouages de l’informatique. J’ai été exalté par ce sentiment de me retrouver en face des gens avec qui nous partageons la même vision, celle d’une jeunesse forte et entreprenante.

3 – Depuis quand es-tu à l’étranger et pourquoi ?
Je vis au Douala depuis fin septembre 2011 avec des séjours ponctuels à l’étranger (Casablanca, Dakar, Abidjan, Brazzaville, Nairobi…) y compris à Bangui. Au début, j’ai déposé mes valises pour les études supérieures et après deux années, j’ai validé mon titre  de Master of Engineering en Réseaux Informatiques&Sécurité le 04 décembre 2013. Je devrais rentrer au pays le 15 du même mois, afin d’apporter mon expertise à mon pays et continuer avec ma vocation d’enseignant à l’Institut Supérieur de Technologie.  Mais les événements de décembre 2013 m’ont contraint à prolonger mon séjour à Douala, du moins pour quelque temps. Les choses étaient de plus en plus compliquées, la situation qui était difficile car ayant subi les tristes événements du putsch du 24 mars, est devenue intenable, insoutenable. Ma famille et moi, sans oublier le sage conseil des amis, avons décidé que je reste encore pour quelque temps à cause de mon appartenance religieuse. Je me suis battu et après plusieurs entretiens, j’ai pu être embauché dans une entreprise de la place. Mais le désir de retourner en Centrafrique se nourrit en moi chaque jour, et je n’exclus pas qu’avant fin 2015, je reviendrais dans mon pays natal.

4 – Quelles sont tes perspectives d’avenir ? (comment te vois-tu dans 10 ans par exemple?)
Je nourris le projet d’aller continuer en Master Recherche et de m’orienter vers le doctorat. Je suis encore jeune et je pense qu’être jeune est une chance qu’il faut exploiter. Notre pays n’a pas docteurs en Informatique et ce domaine reste inconnu. Il y a tellement de possibilités qu’offre l’informatique, et la RCA doit les exploiter comme les autres pays tels le Sénégal, le Kenya, le Ghana, l’Afrique du Sud, et que sais-je encore. Je reste convaincu qu’avec l’informatique, nous parviendrons à renverser la tendance et à redynamiser la société centrafricaine. Je voudrais me voir dans 10 ans comme Patron d’une entreprise que je voudrais créer et qui aura non seulement une dimension nationale mais aussi des filiales au delà des frontières centrafricaines. C’est un rêve auquel je tiens beaucoup.
 
5- Quelles leçons tirées  de la crise centrafricaine et quelles sont selon toi  les éventuelles pistes de solutions?
La crise centrafricaine a ébranlé tout un système en le mettant en cause. Cette crise, qui n’a pas commencé qu’en 2012 a montré la faiblesse des centrafricains que nous sommes en mettant en exergue les maux de notre société, des maux que nous avons expressément voulu ignorer et qui ont éclaté. On ne cache jamais la fumée. Nous avons vécu dans un système où rien ne marchait. Nous devons maintenant prendre conscience de toutes les erreurs que nous avons commises dans le passé et le présent. Nous devons nous dire tous qu’il est temps que tout cela s’arrête et que nous apprenons une nouvelle forme de vie. Nous devons nous approprier le mot patriotisme et nous dire que c’est à nous de construire notre pays et assurer notre survie. Comme piste de solution, je pense que le prochain Forum de réconciliation doit mettre l’accent sur les problèmes rencontrés par la population toute entière (y compris nos frères et sœurs qui se trouvent dans les provinces) en laissant toutes les couches sociales s’exprimer. Ce forum ne doit pas être une énième opportunité offerte (il y a eu assez déjà dans le passé) aux hommes politiques pour s’accaparer des postes et oublier que le veritable enjeu de ces assises est de pouvoir réconcilier le peuple centrafricain.

6- Fervent musulman que tu es, que penses-tu de ceux qui affirment que le conflit centrafricain est interconfessionnel?
Dire que l’origine de la crise centrafricaine est religieuse, c’est méconnaitre la cause profonde de cette crise. La crise a été « confessionalisée » par certaines personnes pour des raisons que, seuls les responsables peuvent expliquer. Nous avons assisté, impuissants à un conflit politique. La division intercommunautaire n’est qu’une conséquence, pas une cause. Nous avons vu comment les différentes religions trouvaient leur place dans ce pays même s’il ne faut pas ignorer la souffrance qu’enduraient certains compatriotes musulmans qui sont traités d’étrangers alors qu’ils devraient bénéficier des mêmes droits que les autres. Cependant, ce n’est aucunement une raison suffisante pour prétendre mettre en mal la cohésion entre des voisins qui vivaient, riaient, chantaient, buvaient, mangeaient hier ensemble. Nous avons toujours la possibilité de choisir la bonne action et de réfuter la violence. Nous ne sommes pas nés avec la violence mais nous apprenons à être violents. Et si nous apprenons à être violents pourquoi pas ne pas apprendre la non-violence? Aucune religion au monde, ni l’Islam, ni le Christianisme n’enseigne la violence ou la haine à ses adeptes.

7- En Centrafrique, les consultations à la base sont en cours dans l’attente du fameux forum de Bangui. En tant que jeune centrafricain,  quelle lecture fais-tu de tout cela et quelles sont tes attentes?
Je voudrais en tant que centrafricain et partisan de la paix saluer cette noble idée de pouvoir convier les centrafricains de toutes les couches à se parler afin d’identifier les causes profondes du mal centrafricain, y mettre un trait définitif en proposant des pistes de solutions. Les consultations à la base doivent être une opportunité unique de pouvoir parler de ce qui nous unit tous : notre pays. C’est aussi le moment à jamais de pouvoir dire la vérité sur pourquoi sommes-nous arrivés à cette tragédie afin d’y mettre fin. Les assises qui suivront doivent nous permettre de décider unanimement de tourner la page et d’apprendre de revivre ensemble en corrigeant nos erreurs du passé. Il est certes difficile d’arriver à mettre un trait au passé mais si nous avons chacun, en son fort intérieur la volonté, nous y parviendrons à coup sur.  La paix en Centrafrique est conditionnée par une prise de conscience individuelle puis collective des centrafricains. La paix ne doit pas être un vain mot, il doit être le reflet de notre comportement, une logique de notre réflexion, une manifestation de notre désir.

8 – La jeunesse centrafricaine a souvent été peinte en noir dans cette crise, partage-tu ce point de vue ? A ton avis quelle place doit occuper cette jeunesse dans le processus de cette sortie de crise dans notre pays ?
La République centrafricaine à l’instar des autres pays d’Afrique dispose d’une énorme potentialité : celle d’avoir plus de jeunes que de vieillards. Mais la jeunesse est semblable à une pièce de monnaie c’est-à-dire dotée d’une double face. Elle est capable du meilleur comme du pire. Nous avons malheureusement tous échoués en tant que jeunes en montrant nos limites pendant cette crise.  Notre jeunesse a besoin d’être véritablement encadrée, soutenue afin d’apporter sa meilleure contribution pour l’épanouissement de notre société. Pendant très longtemps, la jeunesse centrafricaine a été instrumentalisée à des fins négatives. Elle a perdu sa véritable vocation et le chemin qu’elle devrait emprunter. Elle avait besoin des idoles, des leaders sur lesquels s’appuyer, des exemples à suivre. Nous ne sommes pas encore assez solidaires. Parmi nous, il y en a encore qui utilisent l’argument de l’engagement pour leurs ambitions personnelles. Une attitude qui laisse la porte ouverte à la manipulation des « politiques ». Mais j’ai foi en cette jeunesse malgré tout, je sais qu’il y a certains, qui se battent nuit et jours comme vous d’ailleurs de l’UASCA à travers des projets ambitieux pour faire changer le visage de la jeunesse. Il nous faut une forte mobilisation et des actions concrètes en faveur de cette jeunesse dans le domaine de l’éducation, la santé, … Il nous faut une jeunesse engagée et entreprenante. Mais nous pouvons y arriver que si nous sommes unis car ensemble nous sommes plus forts.
 
9-Quelle est ta vision de la vie ? (Question personnelle du cousin)
J’ai toujours considéré la vie comme étant une chance. A travers la vie, on peut faire des choses inimaginables comme réunir les gens autour d’un projet important, aider les gens qui en ont besoin, faire des choses que certains peuvent trouver impossibles en utilisant ses potentialités. Je pense que tant qu’on vit, on doit toujours foncer et aller de l’avant, avoir un œil ouvert sur le présent mais regarder l’avenir. Pour moi, chaque jour qui passe nous amène à s’approcher davantage de notre rêve lorsque nous y tenons et que nous faisons des efforts dans ce sens. Il faut saisir toutes les opportunités qui s’offrent à nous, chaque jour que Dieu a créé.

10 – As-tu quelque chose de particulier à ajouter (ta conclusion)?
Je ne cesse de le répéter : être jeune est une chance que nous devons saisir. Nous avons pleine d’énergie et de potentialité, il nous faut y mettre un peu de volonté et nous pouvons faire changer le visage de notre société. Nous devons être unis afin d’être plus forts. Nous devons chercher à aller là où nos grands-parents et nos parents ne sont pas arrivés. Nous devons faire nôtre cet adage qui dit «Malheur à celui qui ne fait pas plus que son père ou sa mère». Nous sommes jeunes alors nous devons être l’émanation du changement. Ce dernier, c’est nous et c’est maintenant.

Paix, réconciliation et cohésion sociale pour mon pays la Centrafrique

Après moult réflexion, j’ai décidé de rédiger cet article pour inciter à la paix, la réconciliation dans mon pays en Centrafrique. Je pense que nous nous sommes assez enfoncés et qu’il est temps de faire la paix et se réconcilier en trouvant une issue à cette crise qui n’a que trop duré. Nous sommes obligés, que nous ne le voulions ou pas, de nous donner la main afin que notre pays retrouve la paix tant convoitée par tous. Nous avons besoin de cette paix, nos enfants, nos parents, nos grands-parents, tous sans exception en ont besoin.

Nous avons assez couru, assez pleuré, nous nous sommes assez haïs, nous avons beau nous détruire et détruire les habitations des gens qui autrefois étaient pour nous plus que des frères, des sœurs, des pères et mères que nous appelions affectueusement papa, maman, yaya, …nous devons rouvrir nos yeux car ce qui se passe chez nous dépasse la limite du tolérable. Repensons à tout ce qui peut être bien pour notre pays, toutes les actions qui peuvent concourir à la paix, à la cohésion et à la réconciliation … et à notre cher, beau et tendre pays la République centrafricaine.

Chers compatriotes, tournons la page et avançons ensemble vers une nouvelle République où les bases doivent être la justice, l’équité, l’amour du prochain, le patriotisme, le courage, …bref tout ce qui est bon et avantageux pour le peuple tout entier en pourchassant la corruption, le népotisme, le favoritisme, l’ethnocentrisme, le régionalisme…Nous pouvons changer les choses, nous pouvons écrire une nouvelle page de notre histoire, de l’histoire de notre pays, nous pouvons encore montrer aux yeux du monde que malgré le pire que nous avons connu, nous sommes capables du meilleur. Nous devons faire comprendre à ceux qui pensent que nous sommes tombés très bas, que nous sommes en mesure de nous relever lorsque nous tombons.

Moi j’y crois, je sais que tous ceux qui lisent ces lignes croient aussi en cela et je reste convaincu que quelque soit le temps que cela prendra, on finira par retrouver la voie de la raison car elle raisonne en nous comme un tam-tam dans un village avoisinant.

Que Dieu bénisse la République centrafricaine et le peuple centrafricain

Interview, Cédric Ouanekpone:«En tant que jeune, donner l’exemple est la première chose à faire»

Il fait parti des rares jeunes centrafricains à avoir un regard objectif sur les tragiques événements du pays. Son nom est Cédric Ouanekpone, leader des jeunes, apolitique et fervent croyant, il nous livre ici son analyse de la crise

Cédric Ouanekpone(Photo crédit: Facebook)

Cédric Ouanekpone(Photo crédit: Facebook)

Peux-tu te présenter ?

Je m’appelle Cédric Patrick Le Grand OUANEKPONE, Je suis né le 08 mars 1986 à Bangui, j’ai actuellement  28 ans. Je réside à Fatima dans le 6ème arrondissement de Bangui. Je suis étudiant en 7ème année de médecine à la faculté des sciences de la santé (FACSS) de l’université de Bangui. Je suis également le président du Club RFI Bangui FONONON qui est une association culturelle et éducative en milieu jeune. J’ai fondé également  en 2007 l’UASCA (Union des Anciens Séminaristes Carmes) qui est une association réunissant des jeunes anciens séminaristes autour des valeurs humaines. Je suis enfin co-fondateur et vice président des ONG JFDDH (Jeunes et Femmes pour le Développement et les Droits de l’Homme) et FEED (Femmes et Enfants pour l’Environnement et le Développement).

La République centrafricaine traverse depuis plusieurs mois, exactement le 12 décembre 2012, une tragédie, quelles sont, selon vous, les causes profondes de cette crise qui est loin d’être terminée ?

Permettez-moi tout d’abord de saluer la mémoire de tous ceux et celles qui ont perdu la vie ou le sens de leur vie dans cette indescriptible tragédie que les mots ne sont pas assez forts pour condamner. Les causes profondes de cette tragédie sont légion et réelles, même les experts ne sauraient donner une liste exhaustive. A mon humble avis, tout cela est parti d’un conflit structurel. En effet, une partie du territoire a été pendant longtemps délaissée, abandonnée à la merci des prédateurs de tout genre par les pouvoirs qui se sont succédés à la tête du pays avec en toile de fond la pauvreté et le sous-développement. Manque d’écoles, d’infrastructures routières, de cadres (enseignants, médecins…) dans certaines parties du pays est une bien triste réalité que personne ne peut nier tout comme la gestion clanique auréolée de népotisme, de corruption et de gabegie des régimes antérieurs. Seulement, fallait-il nécessairement toute cette foudre de violence pour revendiquer ces droits ? Et pire encore à des gens qui sont tout aussi victimes que les autres ? A cela, j’ajouterai la perte du sens du patriotisme, la médiocrité et l’égoïsme  des hommes politiques centrafricains qui se font manipuler et assujettir  par tour de bras, le mercenariat, l’impunité, l’analphabétisme, la perte de la culture du mérite et le manque d’un dialogue sincère qui a permis à la haine de s’accumuler dans les cœurs pour finir par s’exploser avec tous les impacts que nous connaissons aujourd’hui. Je ne parlerai pas de l’immensité de nos richesses qui suscite bien des convoitises des spoliateurs et prédateurs qui ont tout intérêt à ce que nous nous divisons, nous nous entre-tuons leur permettant ainsi de tirer leur épingle du jeu…

Je n’en parle pas parce que c’est à nous de leur dire non car comme disait Martin Luther King : « Nous devons apprendre à vivre ensemble comme des frères, sinon, nous allons mourir ensemble comme des idiots ».

Toi qui es chrétien, que dis-tu aux personnes qui continuent de clamer haut et fort qu’il s’agit d’un conflit inter-communautaire en Centrafrique?

C’est archi faux. J’ai beaucoup de respect pour les médias car j’ai toujours considéré cela comme le meilleur métier du monde. Malheureusement, j’ai été horriblement choqué par cette campagne médiatique autour d’un prétendu conflit interreligieux qui a fini par devenir un endoctrinement pour la majorité analphabète du pays. Je comprends que la RCA a toujours été méconnue du reste du monde depuis l’empereur BOKASSA, méconnue même de la plupart des journalistes qui sont arrivés pendant la crise et je sais aussi que parler de la crise de cette manière tout comme parler du pré-génocide est peut être l’un des moyens forts pour attirer l’attention et obtenir des résolutions. Mais tout cela a été fait dans le grand mépris des valeurs et réalités centrafricaines, cela ne signifie pas que je veux ignorer les crimes et massacres inacceptables, odieux et déshumanisants que nous avons connus.

Je crois simplement qu’un vrai musulman comme ceux que j’ai connus ne peuvent pas toucher à un seul cheveu d’un chrétien et vice versa. Ce n’est pas parce que quelqu’un est muni d’une croix ou d’un chapelet qu’il a dérobé quelque part qu’on doit conclure qu’il est chrétien ou musulman, même un aveu de sa part ne suffit pas et les leaders des communautés religieuses ont prouvé à suffisance qu’ils étaient unanimes et solidaires contre cette dérive.

Une chose que les gens oublient aussi c’est que théoriquement en RCA nul n’est athée ou animiste en dehors des autochtones (Pygmées) même si en réalité très peu de gens  pratiquent  réellement la foi en Dieu pour la simple raison que clamer son athéisme comme on le voit ailleurs est encore stigmatisant ici en général. Cette histoire de conflit interconfessionnel est ce qu’on veut nous faire croire, nous inculquer et nous faire faire tout comme on essaie de nous faire comprendre que la partition est la panacée aux problèmes de notre pays.

En tant que jeunes, qu’est-ce que tu as fait ou que tu comptes faire pour participer à la résolution de cette crise ?

En tant que jeune, donner l’exemple est la première chose à faire.

Dans notre situation actuelle, il n’y a plus de temps d’hésiter ni d’épiloguer mais il faut agir concrètement à chaque minute de chaque jour. Ne pas s’investir dans les manigances qui tendent à élargir le fossé et à éloigner la paix. Ne pas céder à la manipulation et à la corruption de l’innocence. Diffuser des ondes de paix autour de soi. J’ai d’abord mis ma connaissance médicale au service des patients dans les sites de déplacées sans discrimination même à la mosquée du KM5 (où j’ai accompagné à deux reprises une ONG musulmane, Miséricorde, pour consulter des malades et leur administrer des soins) et vous savez qu’en soignant vous écouter et vous communiquer aussi, une occasion souvent idéale d’envoyer des ondes de paix. Ensuite au niveau du Club RFI, j’ai organisé une session de formation sur « la participation de la jeunesse à la résolution pacifique des conflits » où une cinquantaine de jeunes responsables dans leur lycées et facultés ont bénéficié d’une formation sur la communication pacifique, la non violence, la vérité, la justice, le pardon et la réconciliation avec une phase pratique sur un site de déplacés internes. Au niveau du JFDDH, nous réaliserons dans les jours qui viennent un projet dénommé : « Les noyaux de paix » qui seront créés dans les arrondissements autour des chefs du quartier avec qui les jeunes et les femmes entretiendront des cellules de paix avec des activités concrètes… Au niveau de l’Église, dans ma paroisse Notre Dame de Fatima qui été terriblement attaquée fin mai, nous les jeunes avons produit un film sur la cohésion sociale entre chrétiens et musulmans dénommé «  la Colombe » qui sortira d’ici peu et dont j’ai eu l’honneur d’être le réalisateur. C’était un acte concret pour la paix car lors du tournage et des répétitions, les coups de feu nous accompagnaient et il fallait parfois se cacher autour d’une maison ou se plaquer au sol quelques minutes avant de reprendre. ..

Lors de la journée Internationale des Réfugiés le 20 juin dernier, votre association le Club RFI Bangui FONONON a organisé en collaboration avec ses partenaires, une manifestation culturelle qui a vu la participation de centaines d’élèves et d’étudiants, quels ont été les partenaires ? Et quels messages voulais-tu faire passer?

Il s’agit d’un concours de création artistique (dessins, textes, poèmes…) que nous avions organisé le 20 juin dernier en partenariat avec le Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (UNHCR) à l’occasion de la journée mondiale des réfugiés autour du thème : « Une seule famille déchirée par la guerre, c’est déjà trop ». Les messages étaient simples. D’abord, permettre aux jeunes élèves et étudiants de compatir et de témoigner leur soutien aux réfugiés et déplacés prouvant ainsi que la jeunesse n’est pas insensible à leur douleur. Ce qui n’est pas faux car 2 participants sur 3 des 212 candidats étaient eux aussi des déplacés ou des réfugiés, du moins ils  l’ont été quelques mois plus tôt. Ensuite pousser les jeunes à réfléchir sur comment tout cela est arrivé et comment faire pour que cette tragédie ne se répète plus.

Cédric Ouanekpone lors de son discours du 20 juin 2014

Cédric Ouanekpone lors de son discours du 20 juin 2014

A travers leurs récits pittoresques et combien émouvants ainsi que leurs images palpitantes, les jeunes nous ont prouvé ce jour-là qu’ils sont au rendez-vous et qu’il ya une petite raison de garder espoir. J’ai été très satisfait et encouragé.

En tant que jeune qui a beaucoup milité dans les associations, pense-tu que la jeunesse centrafricaine est-elle manipulée  dans ce conflit? Si oui, quels conseils donnes-tu  à ces jeunes?

Oui, il est clair net et limpide que la jeunesse a été manipulée, instrumentalisée au service des intérêts égoïstes. J’ai été très malheureux de voir combien les gens ont osé profiter de l’ignorance et de la misère d’une jeunesse sans défense et abandonnée à elle-même, sans repère ni modèle à suivre.

Il ne faut pas aussi minimiser la colère et la haine de ces jeunes qui ont voulu coûte que coûte venger parce qu’ils ne savaient pas pourquoi on leur voulait tant alors qu’ils étaient aussi que des victimes. Je dirai à la jeunesse centrafricaine de se ressaisir, d’identifier ses forces et de recenser ses faiblesses pour y travailler et aller de l’avant car l’avenir du pays ne dépend que de nous. Ne soyons pas candides car personne ne nous sauvera de cette situation si ce n’est nous-mêmes et nous avons déjà expérimenté combien les forces manipulatrices sont incapables de sécréter le bonheur. La faiblesse patente des forces internationales présentes dans le pays nous le confirme suffisamment. Nous ne sommes pas différents des autres jeunes du monde, ils nous dépassent certainement en moyens et en possibilités mais à leur différence nous ne sommes pas nés dans un pays où on a déjà tout construit. Cela veut dire que nous avons l’immense chance de construire notre pays à notre manière de telle sorte que les générations futures se souviennent à jamais de nous comme eux se souviennent de leurs ancêtres. Allons-nous laisser cette chance nous échapper ? Si la réponse est non alors formons-nous, cultivons la solidarité qui a tant manqué à nos pères qui ont lamentablement échoué. Retroussons nos manches  et allons de mains calleuses en mains calleuses  vers la réalisation de cette aspiration profonde au bonheur et au développement humain intégral qui est ancrée en nous tous.

Quelles sont les critères pour être un bon leader ?

Je ne saurais le dire avec exactitude. De mon humble expérience en milieu jeune, je crois qu’il faut tout d’abord être exemplaire. Les jeunes ont besoin de croire et de suivre celui qui fait ce qu’il dit, qui donne l’exemple, qui est crédible, qui prend des initiatives lorsque tout est bloqué et qui agit là où beaucoup préféreraient s’abstenir. Il y a dans cet « être exemplaire » un mélange d’honnêteté, de créativité, de détermination et de renoncement. Ensuite, un bon leader doit savoir être proche des autres, les comprendre et surtout les écouter notamment lorsque son point de vue diverge du leurs.

J’ai toujours apprécié cette définition d’un jeune d’Afrique australe reprise il y a quelques années par Barack OBAMA : « Si tes actions inspirent les autres à rêver davantage, à faire davantage et à se dépasser davantage alors tu es un leader ».

Qu’est-ce que les jeunes peuvent faire pour changer le monde actuel caractérisé par les tueries, les guerres, la mauvaise gouvernance, la dictature, l’analphabétisme, le chômage endémique, …

La première chose c’est de prendre conscience et de  bien se former car sans formation ni professionnalisme, rien ne peut changer. En effet, l’amateurisme est pour beaucoup dans la plupart des échecs du moment surtout dans les pays en voie de développement. Ensuite, les jeunes doivent se réapproprier la valeur de l’être humain qui doit être au centre de toute décision et de toute action. Le déclin du monde d’aujourd’hui est dû aux calculs d’intérêts, géostratégiques et à l’appât du gain. La dignité, le respect de la personne ainsi que le développement humain intégral sont sacrifiés au profit des avancées économiques et des intérêts lugubres quitte à bouleverser la quiétude de la planète. C’est là où nous les jeunes d’aujourd’hui devons proposer des alternatives concrètes.

Quel est le dirigeant du monde pour lequel tu veux ressembler ?

Nelson MANDELA sans aucun doute ! En effet, Madiba est pour moi le meilleur dirigeant que le monde en général et l’Afrique en particulier ont connu. En effet, il a su transcender les considérations personnelles, égoïstes, claniques et vindicatives que tout le monde aurait jugé légitimes pour ne faire valoir que l’intérêt national même si en le faisant il a dû consentir encore plus de sacrifices au-delà de ce qu’il a déjà subi. Il a prouvé à suffisance que tout le monde n’a toujours pas raison et qu’on a le droit de voir les choses différemment pourvu que l’intérêt d’un plus grand nombre possible compte. En quittant le monde le 05 décembre 2013, une journée particulière pour la Centrafrique, j’ai toujours eu la forte conviction qu’il veut nous léguer un héritage et qu’il nous faut un MANDELA à la centrafricaine, une « madibalisation » des esprits et des cœurs.

Quels sont les cinq (5) mots qui peuvent mieux te qualifier ?

Je ne le sais pas. Mais comme Je sais que ces cinq mots ne vous convaincrons  pas, alors je me livre au fastidieux exercice de te proposer  humblement les cinq mots qui traduisent les valeurs auxquelles j’aspire profondément, au risque de me déifier : Honnêteté, Audace, Altruisme, Discrétion, Indépendance.

–   Quels sont tes projets d’avenir (immédiat, à long terme et à moyen terme) :

Ils sont très nombreux. Immédiatement, je compte achever mes longues mais passionnantes études médicales qui absorbent une bonne partie de mon temps et si possible avec une spécialisation. Je compte aussi achever le travail de formation de la relève au niveau de mes associations car je travaille avec beaucoup de jeunes pleins de bonne volonté qui continuent d’apprendre et mon rêve est de les voir d’ici quelques mois et années  prendre la relève efficacement car une des choses qui a tué notre pays est que les leaders ne préparent jamais de relève liant les institutions à leur personne. Dès qu’ils meurent, c’est le désastre…

A moyen terme, je compte renouer avec l’écriture qui a toujours été pour moi une passion que j’ai dû mettre en veilleuse à cause des études et toutes les autres charges associatives. Le début dans le cinéma en tant que réalisateur me tente aussi de progresser un peu dans le domaine si les possibilités le permettent.

A long terme, je pense ouvrir un centre d’expertise pour l’accompagnement des structures des jeunes. J’aimerai aussi ouvrir un grand complexe de formation de qualité pour les jeunes filles et garçons avec internat et centre hospitalier pour les pauvres.

En Centrafrique des jeunes créent un collectif pour la paix

Chers compatriotes centrafricains, il est grand temps que le peuple et la société civile prennent les choses en main. Nous avons laissé les politiques conduire notre destinée, mais il ne nous ont pas apporté la paix que nous demandions. Il est vrai que là où les politiques ont trébuché, l’artiste lui peut encore créer des pas de danse.

Continuer la lecture

Centrafrique : ces questions que tout centrafricain doit logiquement se poser

Les temps ne sont pas bons et ce ne sont pas les rapports que dressent les organisations internationales telles que les Nations Unies ou l’UA qui vont prouver le contraire. Beaucoup de choses ont été dites mais est-ce que les centrafricains se posent les bonnes questions ? Nous allons aborder ici, quelques questions avec des éléments de réponses.

 

  • La responsabilité des événements actuels incombe uniquement aux étrangers ?

Je n’ai jamais compris la nature des centrafricains. Nous savons toujours rejette la responsabilité sur les autres au lieu de faire une autocritique. La tragédie qui continue de secouer notre pays est la conséquence d’une longue liste de mal que tout le monde sans exception, a entretenue sciemment. Pour les présidents avant-hier, c’était le président Ange-Félix Patassé qui accusait l’opposition et surtout son tombeur le général François Bozizé de l’avoir empêché de réaliser le programme qu’il avait pour ce pays malgré son bilan mitigeur au pouvoir de 1993 en 2003. Et puis, hier c’était le tour du général François Bozizé, toujours avec un bilan adouci après avoir passé lui aussi 10 ans au pouvoir. Aujourd’hui, c’est le nouveau président de transition Michel Djotodia qui accuse Bozizé d’avoir armé une partie de la population avec plus de 2000 armes. La plupart des centrafricains refusent de croire que nous sommes tous responsables de ce qui se passe. Mes compatriotes vont même directement pointer de doigt les Tchadiens et les Soudanais, une affirmation que je ne refuse pas, néanmoins pourquoi ne pas commencer par voir dans cette crise, notre responsabilité ? Pourquoi chacun, peut importe le rang social, président, ministre, maires, chômeurs, menuisiers, gardien, religieux, … ne fasse pas une autocritique ?  « Avant de prendre des poux sur la tête de quelqu’un, débarrasse-toi d’abord des tiennes»

 

  • Ces personnes qui prétendent être le sauveur du peuple, ils le sont vraiment ?

On se souvient encore comme si c’était hier. Le 15 mars 2003, le général François Bozizé qui venait de réussir son coup d’état après deux ans de rébellion a déclaré qu’il était le libérateur-comme si tous les centrafricains étaient en prison sous le régime de Patassé- après une brève cohabitation avec ses alliés, il ne se gênera pas et va se débarrasser d’eux en installant au commande que ses proches parents, amis et connaissances. Aujourd’hui, l’ancien président François Bozize ne cache pas son intention de revenir au pouvoir par tous les moyens qui s’imposent et la question qui fondamentale est de savoir s’il veut le faire pour mettre fin à la souffrance aux centrafricains surtout en appelant à la haine et à un soulèvement et en s’installant tranquillement avec sa famille en France.  Il pouvait choisir le peuple en faisant le choix de respecter les accords de Libreville qui lui offre une porte de sortie au lieu de donner un alibi à ces sanguinaires de piller, violer, massacrer, bruler à leur passage. Michel Djotodia, le chef de la coalition rebelle Seleka et actuel président de la transition n’enfreint pas à la « règle ». Au nom de la cohésion sociale et de l’union du pays, il a pris le pouvoir en affirmant haut et fort que ce sont les dérives autoritaires de son prédécesseur qui ont amené son mouvement à arriver aux hostilités et reprendre le pouvoir. Plus de cinq mois après, le peuple hérité une situation plus qu’alarmante et tous les indicateurs sont au rouge même le risque de disparition de l’état. La Seleka a réellement pris le pouvoir pour sortir la RCA du joug de l’ennemi ? Ces mouvements qui se créent à tour de bras existent vraiment pour sortir le peuple de l’impasse?

 

  • Dans l’allure où vont les choses, les acteurs de la transition sont-ils à mesure d’accomplir leurs taches ?

Décidemment, le choix des dirigeants de la transition reste discutable. Du président de la transition au premier ministre de transition en passant par le président du Conseil National de Transition, rien ne prouve qu’ils soient les hommes de la situation. Le président de transition Michel Djotodia qui a une crise d’autorité, une idée qui se concrétise avec les événements du 20 août à Boye rabe, un quartier supposé être proche de l’ancien président François Bozize. Ses décisions ne sont pas respectées par ses subalternes, pi encore au sein de sa propre coalisions la Seleka. Le premier ministre de transition qui a fait défrayer les chroniques à travers son litige avec le président du CNT sur la question de l’ordre protocolaire, un événement qui n’a rien à voir avec leurs missions. Nicolas TIANGUAY avec son gouvernement n’ont presque rien fait jusqu’à présent. Peut-être juste coordonner l’accord du prêt entre la RCA et le Congo Brazzaville ou bien aller pleurnicher auprès de l’Union européenne, l’ONU et l’Union Africaine.  Il y a eu certes des priorités qui ont été arrêtées pour la transition mais aucun des membres du gouvernement ni même le premier ministre n’a fait savoir comment faire pour arriver à endiguer ces problèmes centrafricains dont l’ampleur laisse plus d’un perplexe. Et enfin, le président du CNT Alexandre Ferdinant Guendet qui décidemment ne comprend pas bien ses prérogatives.  Il devrait être du côté du peuple en sa qualité de président de l’organe qui fait office d’assemblée parlementaire, par exemple en exigeant du gouvernement le rétablissement rapide de la sécurité sur tout le territoire et en ramenant la paix en Centrafrique, faire des déclarations fermes à l’encontre des événements comme ceux qui se sont déroulés à Boy Rabe. Mis a part la rédaction des documents de base du CNT dont la charte, la mise sur pied d’une Cour Constitutionnelle de transition, on se pose la question de savoir ce qu’ils font au CNT.

 

  • La laïcité de la RCA est-elle en danger ?

Même si le président Michel Djotodia avait fait une intervention lors de la rencontre des acteurs religieux en précisant que la RCA est et restera un pays laïc, le baromètre laisse à réfléchir. Les ingrédients ne sont pas réunis pour qu’on parle déjà d’islamisation de la RCA cependant, certains éléments de la Seleka font croire à la population le contraire. On peut citer comme illustration, l’interdiction de l’élevage et de la vente de la viande de porc à Sibut et à Galo. Les chefs de guerre de la Seleka qui se sont partagés la RCA comme l’Afrique partagé lors de la conférence de Berlin, imposent leurs lois à qui veut l’attendre sans pourtant se gêner à cause du manque d’autorité. On a parlé à la radio de cette interdiction de cette élévation et vente de la viande de porc mais aucune autorité ne s’est levée pour assurer la population et prendre des mesures drastiques à l’encontre de telle initiative afin de dissuader ceux pour qui, l’idée effleurerait.  Comme l’a souligné un confrère sur le site de La nouvelle Centrafrique (LNC), la Seleka a été constituée comme force rebelle de conquête de pouvoir et non comme force d’occupation et encore moins comme force politique ou administrative, tout pourrait être à craindre avec cette allure où vont les choses.

 

  • Est-ce qu’on a besoin de s’entretuer pour faire ramener la paix chez nous ?

La paix n’est pas seulement un esprit mais il doit être un comportement. On n’a jamais besoin de s’entretuer pour faire ramener la paix chez nous. Aucun pays ne s’est développé grâce à la guerre ou à un coup d’état. Nous devrions comprendre que nous devons apprendre à vivre ensemble sinon nous allons tous mourir. Chaque centrafricain où qu’il se trouve, quelque soit son origine, son ethnie, son village, sa préfecture doit s’approprier la paix et ses valeurs. Nous ne pouvons pas continuer à vivre comme des animaux. Ce ne sont pas ces quelques dirigeants qui vont nous ramener la paix, c’est à nous de les imposer cette valeur en les faisant comprendre que nous ne voulons plus de guerre chez nous car on n’a en marre. On ne veut plus de cette vie où la valeur de la personne humaine ne tient qu’à un bout de fil, où chaque jour fait naître de nouvelles craintes dans nos cœurs. Cette vie où le moment est grave et le lendemain incertain. Nous devons nous impliquer davantage à travers notre comportement, nous devons nous auto-sensibiliser pour arriver à nous sn sortir de cette tragedie, une tragédie qui dépasse tout entendement de l’homme. Nous devons apprendre à se pardonner, à se serrer la main, à faire mieux que les Rwandais après le génocide, à donner le meilleur de nous-mêmes pour que la transformation de la mentalité ne soit pas un mot vain mais une réalité.