Centrafrique : pourquoi la recrudescence de la violence dans la ville de Bangui

Une semaine marquée par la violence, c’est ce que les habitants de Bangui viennent de vivre et retiennent de la semaine du 11 au 18. Principalement dans la capitale centrafricaine, ces violences qui sont encore présentes dans les provinces ont montré combien la situation sécuritaire s’est considérablement détériorée dans ce pays passé sous le commandement de la Seleka depuis le 24 mars 2013. Autant de raisons peuvent expliquer ce regain de violence et l’instauration d’un climat de terreur dans la capitale centrafricaine, Bangui. Assassinat d’un ancien élément de la Force Centrafricaine(FACA) à Miskine, Braquage d’une moto vers le quartier Sara, enlèvement d’un jeune au quartier Fatima, exécution sommaire d’un magistrat et son garde-de corps, les centrafricains sont obligés de se promener chaque jour que Dieu fait, avec leur certificat de décès au coup. Mais tiendront-ils encore pour combien de temps ?

-Le désarmement de septembre, une parodie  

Les débuts de désarmement ont commencé avec les Forces de la Fomac après l’accrochage entre la population du quartier de Gobongo et les éléments la Seleka suite à l’assassinat d’un jeune dudit quartier faisant plusieurs victimes fin juillet 2013. Après la triste opération de désarmement dont s’est greffée une musclée opération de  pillage perpétrée contre les civiles de Boye Rabe, un quartier réputé proche de l’ancien président François Bozizé évincé depuis le 24 mars 2013, la force de l’Afrique centrale a décidé de prendre les choses en main. Si ces opérations ont été appréciées par toute la population, elles se sont éloignées de leur objectif qui est celui de pacifier la capitale afin de l’étendre dans les provinces. On se souvient encore que le 18 aout 2013, le Général Nouredine Adam, le numéro de la Seleka a été enlevé de son poste de Ministre de la sécurité publique et remplacé par Josué Binoua. Ce dernier, considéré comme un Judas par certains membres de KNK et surtout les proches de l’ancien président François Bozizé, a su se rendre compte que seul le désarmement effectif peut permettre de sauver une situation déjà très volatile. C’est ce qui a justifié début septembre, les opérations de désarmements menées par les forces de l’ordre public et la Seleka.

La Seleka sera exclue après les bavures dans certains quartiers tel que Boeing qui ont fait fuir la population en se refugiant dans le seul endroit jugé fiable pour eux, le tarmac de l’aéroport Bangui M’Poko. Même si un décret du chef de l’état de Transition Michel Am Non Drocko Djotodia a exclu les éléments de la Seleka de la suite des opérations suite à sa dissolution, leur présence est restée visible dans les rues de Bangui et des autres villes centrafricaines occasionnant un climat de terreur absolue.

Apprécié par toute la population dont l’initiateur Josué Binoua a été considéré comme l’homme de la situation, le désarmement se fera à deux poids deux mesures et épargnera certains caciques de l’ex Seleka. Il est un secret de polichinelle que les éléments de la Seleka pour la plupart gardent par devers eux, plusieurs armes récupérées lors de la prise de Bangui. Ils ont juste remis quelques unes et un stock important est resté caché soit déplacé. La Seleka étant un mouvement rebelle hétéroclite, ses éléments ne devraient normalement pas être impliqués à ces opérations, ce qui se justifie également par la fraternité qui pourraient exister entre ses éléments empêchant sans doute le sérieux pour le désarmement. Tout le monde sait que seules les opérations de désarmement bien organisées et efficaces peuvent permettre de ramener l’ordre dans ce pays.

-L’absence du général Moussa Assimet, une cause probable

On se souvient encore du transfert du général Moussa Assimet, l’un des chefs de la Seleka le plus influent, le 18 octobre dernier au Soudan son pays natal. Celui qui se réclamait centrafricain d’originaire était parti seulement avec une dizaine de ses hommes à bord de l’avion qui l’avait amené. Pourtant, une source militaire à Bangui expliquait qu’il dispose encore de quelques 500 éléments à Bangui et qu’il avait demandé à ce qu’ils soient incorporés dans l’armée centrafricaine. L’absence de ce chef peut avoir des conséquences sur ses éléments qui pourraient être les instigateurs de la violence à Bangui. Sans leur chef, ils se croiraient biaisés et décideraient de se faire payer sur la peau de la bête. Le cantonnement de tous les éléments de la Seleka y compris ceux du Général Moussa Assimet doit être une priorité pour le gouvernement et le président de la  Transition s’ils veulent absolument ramener l’ordre sur le territoire centrafricain.

Le gouvernement de transition est-il incapable de faire appliquer ses décisions ?

A en croire, le problème financier avec l’état piteux où se trouvent les caisses du trésor centrafricain n’arrange pas la situation. Même si tout le monde sait que ce problème est essentiellement dû à la non-opérationnalisation des services de douanes et d’impôts notamment dans les provinces qui alimentent essentiellement les caisses de l’Etat afin de garantir les dépenses de l’État. La suspension de l’aide par certains partenaires de la République centrafricaine telles que la Banque Mondiale, le FMI et autres n’a fait qu’amplifier la descente aux enfers. Mais le problème le plus grave est sans doute le respect des décisions prises par les autorités de la transition. En mai dernier, l’ancien Ministre de la Sécurité, également le numéro de l’ancienne Seleka avait pris des décisions interdisant aux ex-Seleka de se promener dans la ville de Bangui lourdement armés comme si, ils partaient en guerre. Cette décision avait accouché d’une souris. Il en va de même des décisions prises par le Chef de l’Etat interdisant les éléments de l’ex Seleka de prendre part aux opérations de désarmement. Tout porte à croire que même les décisions du président de la transition ne font pas l’unanimité parmi les responsables de ce mouvement.

-L’aide internationale tarde à venir

Tous les pays y compris les pays du conseil de sécurité des Nations-Unies se sont rendus compte de la dégradation de la situation sur le terrain. Plusieurs « lieutenants » de Ban Ki Moon, le secrétaire général des Nations-Unies l’ont confirmé lors de leur visite dans ce pays. La visite de Laurent Fabius alors ministre français des Affaires étrangères le 12 octobre et sa déclaration ont fait comprendre au monde entier combien les centrafricains souffrent. La résolution de l’ONU visant à renforcer le Binuca (Bureau Intégré des Nations-Unies en Centrafrique) et le renforcement de la Misca (Mission Internationale de Soutien à la Centrafrique) a été une décision saluée par les uns et les autres même si l’envoi des casques bleus n’est pas d’actualité pour les Américains et les Anglais. La promesse des partenaires ainsi que celle de l’Union européenne et des Etats-Unis ont été des signes qui expliquent la prise de conscience de la situation centrafricaine. Mais l’aide promise, dans l’ensemble tarde à se concrétiser face à l’urgence de la situation sur le terrain. L’opérationnalisation de la Misca et son soutien apparaissent inévitablement comme une solution incontournable. Mais les défis restent présents dans la mise en place de cette force africaine dont la date du 19 décembre est décidée pour son effectivité.

Un constat amer fait l’unanimité : la République centrafricain est au bout du chaos, elle est en situation de pré-génocide comme le disent les Américains, au bord du génocide comme l’explique la position française et un état défaillant comme l’affirment certains  responsables des Nations-Unies. Mais si tout le monde sait que ce peuple qui a commencé à souffrir depuis plusieurs mois et continuent de subir des atrocités sans précédent a besoin qu’on le fasse sortir de ce trou dont la sortie semble impensable, pourquoi ne pas voler à son secours ? Que fait-on de la solidarité humaine? Et pourquoi ignorer l’appel et le cri de détresse d’un peuple au bord de l’irakisation? Comme le dit certains responsables de l’ONU dont le sous-secrétaire de maintien de la paix, il faut agir maintenant et vite pour éviter un génocide.

The following two tabs change content below.
eyesango
Citoyen du monde. Originaire de la Centrafrique, travaillant à Douala, diplômé en informatique activiste des Droits humains, leader d'opinion, voyager et échanger est ma passion...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.