Centrafrique : ces comportements qui ne nous honorent pas

Je devrais être normalement entrain de finir mon article sur mes 5 jours de formation passés à Brazzaville, mais deux évènements majeurs survenus le dimanche 22 septembre m’en ont dissuadé. J’ai finalement décidé de rédiger cet article pour parler de quelque chose que j’ai constaté depuis finalement Facebook se sont transformé en terrain de ring pour la plupart de facebookeurs centrafricains, lesquels ont trouvé une opportunité non seulement de dénoncer les dérives autoritaires du nouveau pouvoir de Bangui, mais aussi de se lancer dans un exercice peu recommandé qui se manifeste par des insultes et l’utilisation des mots de nature à discréditer des personnes considérées comme des adversaires par rapport aux autres.

 

Lorsque je me suis réveillé ce dimanche du 22 septembre après mon séjour à Brazzaville, au lieu de prendre mon petit-déjeuner, j’avais préféré me connecter à internet. Cela a été une grave erreur, d’abord, je devrais être informé à travers un ami de Facebook, que l’émission Débat africain qu’anime le Journaliste de la RFI, Alain Foka, se focalisera sur le cas centrafricain avec des personnalités de la classe politique comme invités. J’avais la chance en ouvrant ma radio, j’ai pu me rendre compte que l’émission commencerait dans quelques instants. J’ai suivie du début à la fin, comme la plupart de mes compatriotes centrafricains collés à leur radio. Même si ma surprise a été grande au débat de l’émission, je ne penserai pas que cette surprise continuerai jusqu’au bout de l’émission. Plus de 40 minutes, et je n’ai rien retenu. Si ce n’est que la cacophonie.

 

D’abord dans la première partie où il était question de faire une analyse des causes profondes de cette crise. Ensuite, la seconde partie où chaque invité devrait faire des propositions de solutions. Je n’ai jamais compris mais je ne pense pas que les questions du journaliste aient été mal posées. Seulement, je savais que personne ne voulait être objectif. Chacun a bien voulu taillé l’émission en sa faveur pour réconforter sa position. Ces hommes qui se disent être des politiciens ont passé tout leur temps à raconter leur vie et à s’accuser mutuellement alors que c’était une opportunité qui était donnée de parler de cette crise qui n’a fait que durée. Quarante minutes, rien à retenir. La deuxième partie où chaque intervenant avait l’opportunité de faire des propositions concrètes de sortie de crise, rien si ce n’est des accusations. Comme en décembre 2012, l’émission n’a été qu’une occasion aux pseudo-hommes politiques de ternir davantage leur image et en même temps celui du pays, en dévoilant leur incapacité à faire des propositions concrètes et des analyses de la situation dans laquelle la RCA se trouve. J’ai été très surpris de lire les commentaires des compatriotes sur les réseaux sociaux en comprenant que notre problème provient surtout des gens qui sont censés nous gouvernés, des personnes sans vergogne qui ne pense qu’à faire gonfler davantage leur ventre.

 

Le deuxième fait concerne le commentaire d’un compatriote d’un poste que j’ai publié informant mes amis que j’étais rentré à Douala après la formation de Brazzaville. Mon compatriote dont je voudrais taire le nom m’accuse d’avoir reçu une aide du gouvernement lors de mon déplacement. Je ne parlais même pas d’accusation mais cela m’a paru un peu bizarre que quelqu’un que vous connaissez à peine, pour ne pas dire même pas puisse vous faire avaler ce genre de mensonge comme s’il était le directeur du trésor public. J’ai été sélectionné parmi plus de 300 candidatures en lignes, et nous avons été une vingtaine à admis à faire le déplacement pour Brazzaville financé par la CTA et AZUR développement.
Je m’attendais à un encouragement de la part d’un ami et surtout d’un compatriote vu que notre pays n’est pas représenté souvent lors des rencontres internationales des jeunes. Malheureusement, le mal centrafricain a pris le dessus, nous nous faisons remarquer toujours négativement.

Ces deux évènements quoique, isolés viennent confirmer suffisamment que non seulement nous n’aimons pas notre pays mais aussi que nous ne nous aimons, centrafricains. Nous avons toujours été guidés par un esprit malveillant qui s’est emparé de nous, et en même temps, de notre pays. Nous sommes victimes aujourd’hui car nous avons tous une responsabilité dans ce qui se passe actuellement chez nous. Nous avons toujours brillé par des vices qui ont contribué à nous enfoncer davantage. Nous devons changer de comportement si nous voulons avoir notre place dans le concert des nations. Nous devons être patriotiques si nous voulons que les choses changent. Nous devons changer si nous voulons que notre pays se développe et aille de l’avant.

The following two tabs change content below.
eyesango
Citoyen du monde. Originaire de la Centrafrique, travaillant à Douala, diplômé en informatique activiste des Droits humains, leader d'opinion, voyager et échanger est ma passion...

5 réflexions au sujet de « Centrafrique : ces comportements qui ne nous honorent pas »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.