La revue de la presse africaine du 17 au 24 février 2013

Loin de moi l’idée de me substituer au journaliste de la RFI Pierre-Edouard Deldique, réalisateur de l’émission « Une semaine en Afrique » mais la semaine du 17 au 24 février 2013 a été marquée par d’énormes événements en Afrique dont je voudrais donner un résumé succincte. L’Afrique a été une fois de plus au cœur du média, que ce soit les radios, les télévisions, la presse écrite ou les journaux en ligne, tous sans exception ont publié des informations sur certains pays.

Et comme la charité bien ordonnée commence par moi-même, je débute cette revue de presse par la Centrafrique. L’actualité qui a fait la une est sans doute la suppression de deux émissions radio pro-Bozize qui a fait couler beaucoup d’encre. Cette décision découle de la conséquence directe de la nomination il y a quelques semaines de Christophe Gazambéti, un des portes paroles de la SELEKA, comme ministre de la Communication après la mise en place du Gouvernement d’Union Nationale (GUN). Les émissions concernées « Yé so é lingbi ti inga » et « Bango ndo ti Gbia ti Kodro » étaient animées par des proches du président Centrafricain François Bozizé dont le Directeur de la presse présidentielle. Dans ces émissions, il est fait l’éloge du chef de l’Etat et des actions présidentielles. Les réactions sont divisées entre les partisans du président centrafricain et ceux de l’opposition. Aussi, le cantonnement des rebelles de la SELEKA a été prévu par la Fomac et le gouvernement pour le dimanche 24 février, mais il a fait l’objet d’un report pour des raisons technique a martelé Christophe Gazam Betty.

Le mardi 19 février, 7 Français dont deux hommes, une femme et 4 enfants ont été enlevés par les éléments de la secte islamiste Boko Haram à l’extrême-Nord du Cameroun. En milieu de la semaine, une information a circulé faisant état de libération de ces otages, une information démentie quelques heures plus tard par le gouvernement camerounais et relayée par la France. On compte de nos jours, 15 français en otage tous en Afrique (en Sahel et au Nigeria).

Au Tchad, le contingent tchadien au Mali constitué de quelques 1800 soldats a subi un coup dur avec la perte de 13 soldats lors de violents affrontements contre les combattants du MUJAO, un des groupes terroristes les plus actifs au nord Mali. Des combats qui ont fait 65 morts côté terroristes et 23 soldats Tchadiens a assuré le Chef d’Etat Major Adjoint de l’Armée de Terre. Au nombre des soldats tués, figurerait Abdel Aziz Hassane Adam, le commandant des forces spéciales tchadiennes au Mali.

Autre actualité, c’est en République démocratique du Congo. Un accord a été signé à Adis Abeba, la capitale de l’Union Africaine en présence du Secrétaire général des Nations Unies Bank ki moon, de la présidente de l’Union et d’une dizaine de présidents des pays voisins à la RDC qui se sont engagés à ne pas soutenir des mouvements afin de déstabiliser l’est de la RDC. Parmi ces présidents, se trouvait le numéro 1 Rwandais Paul Kagamé, accusé par son voisin congolais de soutenir la rébellion du M23. On espère que la signature de cet accord permettra de ramener la paix définitivement à l’est de la RDC, région en proie aux mouvements rebelles.

En Guinée Équatoriale le 3e sommet Afrique-Amérique du Sud (ASA) s’est tenu du 21 au 22 février à Malobo en Guinée Equatoriale, regroupant une vingtaine de présidents Africains. Il faut rappeler que ce sommet sud-sud a commencé en 2006 permettant aux deux continents d’échanger sur la possibilité d’investissement et de favoriser les relations bilatérales. L’ASA regroupe 66 États, les 54 pays d’Afrique et 12 d’Amérique du Sud (Argentine, Brésil, Bolivie, Colombie, Chili, Équateur, Guyane, Paraguay, Pérou, Suriname, Uruguay et Venezuela). Depuis sa création, les échanges économiques entre les deux continents ont bondi de 75% pour atteindre 39,4 milliards $ en 2011, selon les chiffres présentés par le Brésil, un des leaders du groupe. Cette donnée est non négligeable si l’on considère qu’en 2002, ce montant dépassait à peine 7 milliards $. En moins de 10 ans, ces échanges auront donc augmenté de 600%.

En Afrique du Sud, le célèbre athlète Oscar Pistorius accusé d’avoir tué sa femme avec une arme a été mis en libération après avoir payé une caution fixée à 85000 euros par le juge. Il sera à nouveau convoqué par contre le 4 juin prochain pour une nouvelle audience.

En Côte d’Ivoire, le 21 février dernier, l’ancien Président Laurent GBAGBO accusé de crime contre l’Humanité commis entre fin 2010 et début 2011 en Côte d’Ivoire a été présenté en audience de confirmation des charges devant la Procureur de la CPI Fatou Bensouda. Chaque camp dispose de 10 jours pour pouvoir donner des preuves et défendre ont rejetés les accusations. A la fin de cette audience de confirmation des charges les juges auront deux mois pour se prononcer et ainsi donner, ou non, leur feu vert à un procès Gbagbo. L’enjeu est évidemment énorme pour Laurent Gbagbo lui-même, mais aussi pour le Bureau du Procureur.

Au Sénégal, le procès de l’ancien Président Tchadien Hissène Habré commencera bientôt avec le démarrage des activités du tribunal en charge de fixer le sort de cet ancien dictateur. Cet ancien président est accusé d’avoir fait torturer et disparaitre de milliers de Tchadiens pendant son régime (1982 et 1990). L’organisation Human Rights Watch (HRW) a découvert en 2001 les noms de 1 200 personnes exécutées ou décédées en détention et de 12 000 victimes de violations des droits humains et notamment de torture.

The following two tabs change content below.
eyesango
Citoyen du monde. Originaire de la Centrafrique, travaillant à Douala, diplômé en informatique activiste des Droits humains, leader d'opinion, voyager et échanger est ma passion...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *